Les anti-puces du marché sont coûteux et composés de pesticides et insecticides chimiques. On transforme nos animaux en individus toxiques (et c’est pour cela que les puces et tiques les fuient) et on absorbe ces pesticides en caressant nos animaux (voir mon article étayé sur le sujet). Il existe quelques anti-puces naturels (mais pas bio). Et surtout des anti-puces naturels, efficaces et beaucoup plus économiques : l’huile de neem et la terre de Diatomée (je vous donne les liens vers les produits que j’achète en bas d’article). Je partage ma recette hyper-facile d’anti-puce maison !

J’utilisais avant les pipettes Frontline Combo qui contiennent du Fipronil à haute dose. Il y a quelques années, avant le scandale des oeufs contaminés au fipronil de 2017, j’ai pris le temps de lire la notice de cette anti-puce en pipette et de rechercher quelques données de toxicologie sur internet.

Réaction immédiate : jeter les dernières pipettes à la poubelle et me tourner vers des produits moins coûteux, plus sains et aussi efficaces.

J’évoquais les anti-puces du marché qui jouent la carte du naturel. Je pense notamment à la gamme Vetopure de Beaphar ou Biovetol. Si l’anti-puce chat en pipette Vetopure ne m’a pas convaincu (car il contient du Pyrèthre qui est dangereux pour le chat), le collier Vetopure Beaphar est lui plus « propre » avec des extraits de margosa et de lavandin.

Le Biovetol contient de l’extrait de margosa (huile de neem), geranium et un lavandula pour la pipette et de l’extrait de margosa (neem) pour le collier.

Mais on surpaie ces anti-puces alors qu’il existe des solutions peu coûteuses et tout aussi efficaces.

L’huile de neem (margosa), l’anti-puce maison

Cette huile est une huile utilisée en cosmétique humaine, ce qui me rassure sur son innocuité par rapport au fipronil ou imidaclopride ou même pyrèthre (insecticide naturel, mais très dangereux pour les chats).
Elle est grasse (c’est une huile…) et ambrée. L’odeur est … spéciale (pas très agréable pour mon nez), question de goût !
Pour mes chats adultes, je mets 4 gouttes d’huile de neem au niveau du cou, entre les poils, comme pour une pipette chimique.
Si l’huile est trop pâteuse/visqueuse, vous pouvez la mélanger avec de l’huile végétale (type huile colza ou tournesol que l’on a dans la cuisine).
Comme cette huile est peu stable, mieux vaut la garder dans un flacon ambré à l’abri de la lumière.

Je vous conseille l’huile de neem BIO et extraite en pression à froid. Car ce qui nous intéresse ce sont les principes actifs de l’huile de neem. Or ils peuvent être détruits par une extraction à chaud ou avec des composés chimiques.

Par exemple, la marque Naissance en propose à prix doux comparé au prix des pipettes ou colliers anti-puces du marché !

Quand une pipette d’anti-puce du marché coûte entre 3 à 5-6 euros, quelques gouttes d’huile de neem vous coûtera largement moins d’1 euro…
Ainsi, le Biovetol (extraits margosa, geraniol, lavandula) en pipette coûte près de 5 euros la pipette. Le conditionnement, la partie réglementaire pour ce produit vétérinaire, le marketing et j’en passe explique le coût qui peut paraître prohibitif par rapport à acheter une bouteille d’huile de neem et 5 flacons en verre ambré pour faire son propre anti-puce maison.

Si vous trouvez l’huile de neem trop visqueuse et que vous souhaitez la mélanger à de l’huile plus liquide (colza, tournesol…) ou que votre chat n’aime pas trop se faire manipuler et que vous devez aller vite pour lui appliquer l’anti-puce maison, je vous conseille d’investir dans un flacon ambré avec une pipette.

J’en mets 4 gouttes par chat pour un mois. Donc si vous faîtes un mélange mi-huile de neem mi-huile végétale, vous pourrez mettre 8 gouttes.

Vous pouvez aussi utiliser l’huile de Neem en spray répulsif pour votre animal (huile de neem + eau) ou pour désinfecter son panier. Mais comme je n’aime pas trop l’odeur de l’huile de neem, je préfère la terre de Diatomée (voir après).
L’huile de neem permet aussi de tuer les tiques en préventif et en traitement. Il suffit de mettre un peu d’huile de neem sur une tique et le lendemain, vous la verrez se dessécher…

La poudre de Neem permet de traiter votre animal et les lieux où il va en cas d’infestation. Vous pouvez aussi l’utiliser en anti-puce préventif, mais je trouve cela moins pratique que l’huile de neem et plus coûteux que la terre de Diatomée en traitement.

Et le traitement anti-puce naturel : la terre de Diatomée alimentaire

La terre de Diatomée est un produit inerte à base d’algues. Il est important d’acheter ce produit en qualité alimentaire car il existe aussi en calciné.
La terre de Diatomée tue de façon mécanique les puces. Son seul inconvénient est qu’il faut en mettre sur tout l’animal. En revanche, il ne sent pas comme l’huile de neem.

Le produit perd de son efficacité quand il est mouillé : donc à faire sur poils secs.
Cela reste un produit très intéressant à avoir chez soi car quand notre animal est infesté de puces, notre objectif est de traiter tout et tout de suite.
Donc on peut faire un traitement choc : huile de neem + terre de Diatomée.
Sachant que je préfère la terre de Diatomée pour traiter l’environnement.

La terre de Diatomée est aussi un vermifuge naturel pour les chats et chiens.

Et vous pouvez utiliser la terre de Diatomée en anti-puce maison pour : les lapins et NAC, mais aussi vos poules (en évitant la tête) !

Pour étaler plus facilement sur le pelage de notre animal, prenez une soupoudreuse :

La première soupoudreuse coûte très peu cher, mais elle est expédiée de Chine > Délai de 20 à 30 jours pour la recevoir.
La seconde bénéficie du Amazon Prime : réception rapide pour les adhérents à Prime.

Connaissiez-vous l’huile de neem et la terre de Diatomée ? Quels sont vos retours d’expérience sur ces deux alternatives naturelles aux anti-puces chimiques ?