insomnie du petit matinL’insomnie du petit matin pourrait être le nom d’un joli oiseau que j’imagine avec la gorge jaune et le chant clair. En fait, c’est surtout le nom délicat de ces moments où je me réveille les yeux écarquillés, trop tôt alors que le matin commence à peine à poindre son nez.

L’insomnie du petit matin, tentative de définition

Vers 2-3 h du matin ou 5 heures, je me réveille. Mon corps semble encore endormi, mais ma tête est en route… sûrement dans la mauvaise direction à cette heure.

Remontent tout ce que je n’ai pas fait, des angoisses. Mon cerveau semble en surchauffe. Je reste immobile dans mon lit. J’aimerais calmer mon cerveau, mais rien n’y fait. Je pense, réfléchis, imagine des solutions et souvent le pire, échafaude des plans qui à l’heure où toute la maisonnée dort, semblent révolutionnaires.

Pourtant, je veux juste dormir. Car les heures de sommeil sont comptées avec le réveil qui va sonner dans 5 heures ou 2 heures. Et je sais que le lendemain d’insomnie, c’est dur, très dur. Si mon cerveau semble avoir été au top pendant l’insomnie, le matin est difficile : quand il faut que je relance le programme « Cerveau », celui-ci a autant de lenteurs qu’un PC qui m’annonce ‘Mises à jour Windows – ne pas éteindre ». Et là, je sais que cela va être très, très long et très très frustrant avant la fin de la journée. La vitamine C et le café permettent juste de garder les yeux ouverts…

Ce qui rajoute de l’anxiété pour la nuit suivante car je suis moins efficace, je n’arrive pas à avancer et cela rajoute des choses à faire. Et de la culpabilité car je n’avance pas.

Les médicaments contre l’insomnie

A un moment de ma vie, en pleine séparation et angoisses sur mon chemin professionnel, je m’en étais ouvert à mon généraliste. Il avait mis un mot sur ces matins blêmes où je suis seule à être éveillée. L’insomnie du petit matin. Je ne suis donc pas seule dans ce cas. Rassurant, non ? Alors vous avez la solution docteur ?

J’avais essayé les médicaments. Je m’endormais plus vite, d’un sommeil lourd et chimique… Et me réveillais quand même au petit matin. Car l’effet du médicament s’était dissipé à l’heure où l’insomnie toquait à ma porte. De plus, je dois être assez sensible à ces médicaments contre l’insomnie car je me sentais décalée, dans un état comme hypnotique le lendemain.

Exit les médicaments contre l’insomnie.

Causes d’insomnie et plantes contre l’anxiété

Les causes d’insomnie du petit matin sont connues : angoisses, anxiété, voire dépression. Dans mon cas, ce n’est pas la dépression, mais l’anxiété. A certains moments de ma vie, le chemin est plus escarpé. Autant la journée, quand le soleil m’apporte sa chaleur, les problèmes semblent surmontables. Mais la nuit, pendant ses moments d’insomnie…  il m’est difficile de prendre du recul. La raison semble avoir fui avec le sommeil.
La dépression ne se règle pas à coup de médicaments ou de plantes, néanmoins, je vous conseille de consulter votre médecin car mieux vaut ne pas rester seul(e) si vous commencez à sombrer dans la dépression. L’insomnie et les troubles du sommeil doivent être une alerte.

Les plantes comme le millepertuis permettent aussi de réduire l’anxiété. J’en prenais le soir, mais comme pour les médicaments, leur effet se dissipe au petit matin ou n’est pas suffisamment fort face aux grandes angoisses.

Le calepin sur la table de chevet

Pendant plusieurs mois, j’ai refusé d’allumer la lumière ou de mettre mon corps en mouvement, espérant que le sommeil chasse cette insomnie. Echec total. Le corps est épuisé et ne veut que dormir. Le problème est dans ta tête…

Alors j’ai maintenant un petit cahier type bloc-notes et plusieurs crayons (au cas où j’en fait tomber un quand mon corps ne répond pas encore tout à fait aux injonctions de mon cerveau). Et j’écris. J’écris ce qui m’angoisse. Ce que je ne dois pas oublier. L’idée géniale qui va me sortir de la situation compliquée dans laquelle je me trouve. Je sors de ma tête les problèmes pour les coucher sur une feuille. Je n’oublierais pas. Parfois, cependant, cela ne suffit pas.

Le CD de sophrologie

KitABienDormir_Dessous_BordureJ’ai découvert la sophrologie au hasard de mes recherches pour taire ses insomnies.

J’ai fait plusieurs séances avec un thérapeute pour m’aider à mieux gérer l’anxiété et le stress à certains moments de vie difficiles (deuil, séparation, difficultés professionnelles). Après une séance de sophro, je dormais comme un loir, pas de réveil au petit matin. Ne pouvant pas aller tous les jours voir le sophrologue, j’ai complété avec un CD de sophro. A l’époque, j’avais demandé à mon thérapeute de m’enregistrer une séance.

Ne me demandez pas pourquoi, mais c’est aujourd’hui la seule chose qui me permet de me rendormir vite lors de ces phases d’insomnie. Je mets en route la séance de sophrologie et me concentre sur la musique et la voix douce du thérapeute. Si j’ai quelque chose en tête que je ne dois pas oublier, je le note avant sur mon cahier. Puis je mets en route le CD (avec des écouteurs si vous ne dormez pas seul(e) – ou pas… ). Volume tout doux. Au début, j’ai le cerveau qui continue à gamberger. Je n’arrive pas à me concentrer et regarde défiler les minutes sur le réveil. Je reviens à la musique et la voix. Ce n’est pas toujours facile, mais je reviens à chaque fois à la voix. Et… je dors.

Pour celles et ceux qui n’ont pas le temps, l’argent ou qui ne connaissent pas de thérapeute de confiance près de chez eux, je vous conseille la méthode de Christine Deiss. Sa voix douce et sa méthode pas-à-pas permettent de retrouver une vraie qualité de sommeil. Ayant déménagé loin de mon thérapeute préféré, j’ai testé ce coffret… pour mon plus grand sommeil ! Je retrouve le protocole suivi avec mon thérapeute en région parisienne pour un peu moins que le prix d’une séance. A moi Morphée !