Lorsqu’on a un projet de reconversion professionnelle, il peut être intéressant de poser sur le papier son cheminement, ses choix. Cette réflexion vous permettra de comprendre ce qui vous a conduit aujourd’hui à une situation professionnelle qui ne vous satisfait plus ou qui se clôt (licenciement par exemple).

Dans cet article, je vous propose de réaliser cet exercice à travers 5 étapes. Puis je vous donnerai quelques exemples pour vous permettre de comprendre « l’esprit » de la démarche.

Comprendre ses choix professionnels pour ne pas se tromper de nouveau métier

Lors de ma deuxième reconversion professionnelle, j’ai ressenti la nécessité de faire ce travail d’introspection et de comprendre ce qui « clochait » dans mes choix de vie professionnelle.
J’ai été salariée dans un secteur qui ne m’a jamais plu (la finance), puis j’ai créé une entreprise dans le domaine de la santé.

Liquider mon entreprise a été un moment difficile (j’en parle sur mon blog consacré à l’entrepreneuriat : Rebondir après la liquidation de sa societe).

Après la liquidation, il y avait une nécessité à rebondir en raison d’une impulsion intérieure et … d’une réalité économique car les entrepreneurs qui liquident leur société, ne bénéficient pas d’indemnités chômage.

Au-delà de la pression économique, j’avais aussi profondément envie de trouver le « bon travail » pour ne plus revivre cela.

Comprendre ses décisions avant de se lancer dans une reconversion professionnelle

A travers cet article, je vous propose de vous reconnecter à votre histoire, à dérouler le fil de vos expériences et de vos choix pour comprendre le pourquoi et les leçons.

Je vous propose ainsi d’écrire et dessiner votre « ligne de vie » professionnelle.

Il s’agit aussi de repérer les moments où vous vous êtes senti « à votre place », « utile », content de faire telle mission ou activité.

L’état d’esprit pour faire ce travail d’introspection

Il s’agit de se connecter aux expériences positives qui nous ont portées lors de nos expériences professionnelles. Par conséquent, je vous conseille de faire l’exercice en étant positif intérieurement. Si vous vous sentez fatigué, énervé, stressé, vous risquez de ne souligner que les expériences difficiles et d’avoir des sentiments de culpabilité devant les « échecs » professionnels que vous avez vécus.

Vous avez le droit de faire cet examen en plusieurs fois, d’y revenir, de laisser poser. C’est un outil vers votre reconversion professionnelle, et non un examen assorti d’une note !

Etape 1 : dessiner / écrire sa ligne de vie professionnelle vers sa nouvelle reconversion professionnelle

Pour ma part, j’aime dessiner sous forme de haricot magique ou d’arbre avec des branches. Les racines sont mes valeurs. (voir l’article pour connaître ses valeurs)

Vous pouvez aussi le faire sous forme linéaire, un peu comme un CV.

Indiquez si vous vous en souvenez:

  • Le ou les métiers que vous vouliez faire enfant,
  • Le métier que vous vouliez faire au collège/ lycée
  • La formation/voie professionnelle que vous avez choisie. Je vous propose de noter si elle vous a été imposée, suggérée ou choisie.
  • Les grandes étapes professionnelles
    • Incluez le bénévolat, les stages, l’associatif si cela vous semble pertinent
    • Les formations à titre personnel ou professionnel si cela vous semble pertinent.

Pour le/les métier(s) que vous vouliez faire enfant, je vous invite à noter en quoi ce métier consistait pour vous, enfant.

Enfant, je croyais qu’un architecte dessinait des maisons et passait beaucoup de temps à imaginer et rêver. Je n’avais pas conscience du suivi de chantier, des relations avec le client ou les artisans, des normes et calculs.

Etape 2 : comprendre les raisons des choix face aux « carrefours »

Si vous avez quelques expériences professionnelles derrière vous, il y a des moments où vous avez choisi de partir d’une entreprise vers une autre, où vous avez décidé de décliner une opportunité, où vous avez choisi d’aller vers telle formation plutôt que telle autre.

Quand vous revoyez ces moments « carrefour », regardez quels ont été les moteurs de vos choix.

Voici quelques exemples :

  • J’ai changé d’entreprise pour quitter/ fuir (management oppressant), pour plus de (car manque de reconnaissance, pas d’augmentation depuis X années…) et « plus de » (de la nouveauté, de l’évolution de carrière, un meilleur salaire…)
  • J’ai décliné une offre d’emploi car « je ne le sentais pas » (écoute intérieure de votre petite voix), je n’avais pas envie de prendre le risque d’une période d’essai en période économique incertaine, mauvaise réputation du nouvel employeur…

L’idée est de poser les mots de façon spontanée sans trop réfléchir. Quand il y a trop de réflexion, il y a souvent une partie de soi qui essaie d’interpréter, de justifier ou de sur-analyser…

Pour avoir été dans ses questionnements sur le manque de reconnaissance et de salaire, je vous invite à lire cet article “qu’est-ce qui compte le plus au travail ? Salaire ou reconnaissance”. Car je vous donne des clés pour comprendre les vrais raisons qui se cachent derrière ces mots.

Etape 3 : noter les ressentis, dire avec des mots simples

Ressentir, spontanéité et réflexion

J’ai mon cerveau qui a très vite fait d’analyser et de vouloir expliquer ce qu’il se passe. Sauf que l’analyse mentale m’éloigne de la substance des ressentis et émotions.
Or ce que l’on ressent est la clé pour réussir sa reconversion professionnelle : comprendre ce qui nous fait vibrer nous permet d’aller vers plus de bonheur au travail.
Si je me « reconnecte » à un moment fort où par exemple, j’étais heureuse de partager un moment de rires et de joie avec mes proches, je vais « ressentir » à nouveau dans mon corps et mon cœur ce moment. Cela ne se passe peu au niveau de ma tête. C’est un moment positif où j’ai le cœur qui est en expansion. Mon corps a tendance à aller vers l’avant. Je commence à sourire…

Je vous propose de faire la même chose pour vos expériences professionnelles et de repérer les moments où il y a des émotions positives, du « bon » et de mettre quelques mots simples dessus.

Je donne un fil rouge mais vous avez la liberté de compléter avec ce qui vient spontanément et d’ajouter à ce dessin ou ce « CV-ligne de vie » ce que vous voulez.

Si vous souhaitez ajouter des moments forts de votre vie personnelle comme tournant (mariage, naissance d’un enfant), n’hésitez pas.

Etape 4 : repérer les moments lourds

Ce travail rétrospectif peut être l’occasion de ressentir qu’il y a encore des moments « lourds ».
Si vous ressentez lors de cet exercice des moments où le cœur se serre, où les larmes montent, c’est sûrement le signe que vous avez encore en vous de la souffrance liée à certains moments professionnels compliqués.

Il est possible de faire un premier travail pour alléger les émotions et les ressentis liés à ces moments grâce à l’EFT (https://www.eftunivers.com) ou le Self Help for Trauma with Tapping (https://youtu.be/9vbl-R9Rw0c).

Je pense pour l’avoir expérimenté ainsi, que plus je me libère des émotions et ressentis lourds liés à des souvenirs difficiles, plus ma vie pourra être légère et mon quotidien plus doux.

Sinon, je pense qu’inconsciemment, nous portons la peur de revivre ces expériences difficiles (harcèlement, burn-out ou … une expérience difficile car nous n’étions pas dans le « moule » de l’employé modèle attendu).

Pour en avoir vécu, les situations professionnelles ubuesques avec des personnes toxiques peuvent hélas créer des traumatismes et des émotions douloureuses plusieurs années après.

Lorsque ces émotions ne sont pas digérées, il est possible de faire appel à un thérapeute pour nous aider à cheminer vers plus de légèreté.

Je parle des personnes toxiques dans ces deux articles car cela m’a permis de mettre des mots sur des situations qui me paraissaient incompréhensibles avec la grille de lecture « tout le monde veut le bien de son prochain » : article Personne toxique… et relation toxique ; article Sortir d’une relation toxique.

Etape 5 : synthèse pour cheminer vers sa reconversion professionnelle

Je vous conseille de laisser reposer ce premier travail quelques jours ou semaines.
Puis lorsque vous reprenez ce que vous avez noté, vous allez faire ressortir la substance.

Je vous invite à lire l’article sur les moteurs de vie professionnels. Dans chaque moment de vie professionnel positif, il y a souvent un moteur de vie ou une valeur qui est activé(e).

Chacun a sa formule du bonheur. Vous allez ainsi pouvoir vous reconnecter aux ingrédients de votre formule du bonheur.

Exemples d’ingrédients du bonheur au travail

Enfant, je voulais être architecte. Passer ses journées à rêver et imaginer et être payé pour cela : le rêve et l’imagination.

  • Aujourd’hui, je ne dessine pas. Mais j’aime avoir du temps pour l’écriture (blog, livre…). C’est pour moi un élément clé dans mon épanouissement professionnel.
  • J’ai besoin d’avoir des moments de création/ réflexion sans interaction avec mes clients ou collègues.

Enfant, je voulais être pompier et sauver les gens du feu. > « sauver et protéger » sont très importants pour moi.

Dans mon travail, j’aime mettre les gens en réseau, fluidifier les processus informatiques : permettre les connexions, travail coopératif avec les autres.

J’ai choisi de travailler dans l’installation de systèmes de climatisation : en symbolique, cela peut être : apporter de l’oxygène aux gens, les aider à changer d’air…

Au lycée, je voulais être « professeur de géographie » …comme mes parents. Là, clairement, il y a l’influence du cercle familial. Mais il y avait aussi l’envie de partager un savoir avec d’autres personnes.

J’ai choisi la voie « prépa – école de commerce » par influence familiale. C’était aussi ce qui me laissait le plus de possibilités de métiers après ma formation. Aujourd’hui, je comprends que j’étais perdue et que je ne savais pas quoi faire. Donc c’était plus simple d’ « avoir le maximum de choix » et donc de retarder le moment de choisir.

puzzle Ne perdons rien du passé. Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.
Image by Markus Spiske from Pixabay
%d blogueurs aiment cette page :